Skip to content
21 septembre 2016 / gallegre

Wikipédia, Wikidata et OpenStreetMap…

Salut,

Oui, je viens de rallumer le bouzin. Forcément, le moteur est froid depuis le temps, alors faudra pas s’inquiéter si ça cliquette un peu.

Ce post va me permettre de parler de mes trois projets favoris (ne me demandez pas le classement), et d’une nouvelle fonctionnalité qui me remplit de joie car elle tisse des liens entre les trois…

Sur toutes les versions de Wikipédia (jusqu’à plus ample informé), une nouvelle extension médiawiki vient d’être activée, sous le nom de Kartographer. Elle permet essentiellement d’afficher dans un widget Mediawiki donc sans « sortir » de Wikipedia, des objets géolocalisés sur une carte glissante, plus complexes que des simples marqueurs ponctuels comme c’était le cas jusqu’à maintenant. Pour cela, Kartographer implémente une nouvelle balise <maplink>, qui ouvre une carte dynamique (fond OSM), surchargée avec une couche vectorielle représentant le ou les objets à afficher.

La particularité intéressante de <maplink> est qu’elle permet deux types d’affichage, l’un lié à Wikidata et OpenStreetMap, l’autre indépendant.


Kartographer avec Wikidata/OpenStreetMap

Avignon, remparts conservés, source OSM

Avignon, remparts conservés, source OSM

Dans cette variante, Kartographer peut représenter tout « objet » correspondant à un élément Wikidata (donc avec un identifiant Q…).
pinpointS’il est localisé par un simple point dans Wikidata (coordonnées géographiques P625), il sera représenté comme un marqueur ponctuel (cette sorte d’épingle que vous connaissez bien).

Par contre, s’il existe un objet OSM (ou plusieurs) correspondant, et que cet objet OSM porte un tag wikidata=Q…, l’information sera récupérée et l’objet géographique sera affiché (way ouvert, fermé ou même relation). Pour résumer la propagation de l’info, cela donne : OpenStreetMap ⟶ Wikidata  ⟶ Wikipédia.

Deux exemples parmi d’autres :

Pour les Remparts d’Avignon, l’objet OSM correspondant (une relation) est utilisé implicitement ; c’est l’élément wikidata (Remparts d’Avignon) qui est référencé.

Pour profiter de la fonctionnalité, je vous encourage donc à ajouter le tag wikidata sur les objets OSM qui s’y prêtent ; voire à créer l’élément dans la base Wikidata s’il n’existe pas encore.

Attention, il y a un moissonnage quotidien des identifiants wikidata dans OSM, et un cache supplémentaire, ce qui fait que pour un tag wikidata nouvellement ajouté, il y a pour l’instant un délai de 24h à 48h avant que l’objet ne s’affiche dans un lien <maplink>. Ça devrait se réduire avec le déploiement définitif du service geoshapes, derrière Kartographer.

On pourrait se demander pourquoi se référer à un élément Wikidata plutôt que d’utiliser directement l’identifiant OSM de l’objet. L’intérêt est double. D’abord, renseigner un attribut Wikidata dans OSM  permet d’éviter de surcharger OpenSteetMap avec des attributs « externes » toujours plus nombreux, et renvoyer plutôt vers Wikidata qui a entre autres pour fonction de centraliser des identifiants vers des bases de références multiples.  Et accessoirement, on règle un problème récurrent avec OSM : les identifiants ne sont pas garantis comme pérennes, contrairement à Wikidata.

On profite ainsi dans Wikipédia du travail fait par les contributeurs OSM de façon relativement simple, avec l’aide de Wikidata comme projet pivot.

Kartographer autonome

Avigno, remparts historiques, source Wikipédia

Avignon, remparts historiques, source Wikipédia

La deuxième variante prévue par Kartographer permet d’ajouter des objets géométriques vectoriels (polylignes, polygones) au format GeoJSON, à partir par exemple d’un tracé manuel fait dans uMap ou dans geojson.io.

Pour reprendre les Remparts d’Avignon, le lien « Voir les enceintes romaine (rouge) et du 13e siècle (bleue) sur un plan d’Avignon » renvoie cette fois vers un plan (approximatif) de ces enceintes.  C’est la méthode naturelle pour représenter des « objets » que l’on ne trouvera pas dans OSM, par exemple des objets disparus ou invisibles (vestiges enfouis), ou même, à une autre échelle, des zones floues comme la limite de répartition de telle espèce végétale.


On a donc enfin dans Wikipédia, après Wikivoyage, la possibilité de représenter sur une carte dynamique des objets étendus pour lesquels une géolocalisation ponctuelle est trop limitée (typiquement, les remparts). J’espère que Kartographer va permettre d’améliorer les cartes et plans de Wikipédia, en permettant d’échapper aux cartes statiques, qui deviennent franchement obsolètes.

Avec un peu de chance, on pourrait aussi récupérer quelques nouvelles contributions croisées Wikipédia / Wikidata / OpenStreetMap. Sait-on jamais.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :